Ecriture : Se mettre dans la zone

Vous êtes tous passés par là. Que ce soit pendant l’écriture de votre prochain chef d’œuvre, ou bien la rédaction d’un devoir à la sortie des cours, vous n’ignorez pas la vitesse à laquelle l’inspiration s’enfuit quand vous avez le plus besoin d’elle. Certains appellent ça le syndrome de la page blanche. Mais en vrai, cela arrive même devant une feuille à moitié remplie !

Je profite donc de ce petit article pour vous présenter mes conseils et astuces pour mater lady Muse, et comme on dit, vous mettre dans la zone.

  • Trouver une musique d’ambiance qui vous parle.
    Beaucoup de gens assument qu’il faut du silence pour se concentrer. Ce à quoi je réponds, êtes vous déjà entrés dans une chambre insonorisée ? Il y a en avait une, dans mon ancien boulot, pour les tests électroniques, et croyez-moi, c’était presque impossible d’y rester plus d’une dizaine de minutes ! Le véritable silence n’existe pas dans la vraie vie, et le problème du presque-pas-silence-mais-quand-même-pas-de-bruit, c’est qu’il magnifie tous les bruits de fond. Vous ne vous êtes jamais retrouvés dans une bibliothèque silencieuse, à sursauter dès que quelqu’un tourne la page de son livre ? J’ai toujours trouvé que je fonctionnais beaucoup mieux avec un bruit de fond constant (la musique donc) qui avalait tous les petits bruits qui m’auraient dérangé autrement. Les playlists sont indispensables à mes yeux pour me permettre d’écrire, de travailler, et même de ranger ma chambre en restant concentrée sur ma tâche en cours.

    Spotify, le meilleur ami de l’écrivain

 

  • Se déconnecter des réseaux sociaux.
    L’idéal, ce serait même de se déconnecter d’internet, mais je sais bien que dans un cas comme dans l’autre, que vous soyez écrivains ou étudiants, vous avez besoin de faire des recherches sur internet. Google est un outil formidable, et je suis la première à m’enliser dans des recherches sans fin sur la toile. Se débarrasser de cette manie est une toute autre histoire. Mais si Google obtient un passe droit, peut-on dire la même chose de Facebook ? Twitter ? Instagram? Combien de fois avez-vous déverrouillé votre téléphone et ouvert l’une de ces applications sans même vous en rendre compte ? Il existe aujourd’hui des tas d’applications qui bloquent les notifications de votre téléphone pendant une heure ou deux, mais si vous êtes comme moi et que l’addiction va encore plus loin, mettez-le dans une autre pièce pendant une heure. Votre ordinateur est suffisant pour faire vos recherches et vous vous débarrasserez de ce geste inconscient.
Forest est un bon exemple, vous devez renoncer à votre téléphone pour donner une chance à un petit arbre de pousser

 

  • Anticiper.
    Écrire, c’est une chose merveilleuse. Mais le chocolat, aussi. Et que celui qui n’a jamais ressenti un besoin irrésistible de glisser un morceau de ce bijou gustatif entre vos lèvres au beau milieu d’une séance d’écriture jette la première pierre ! Le problème n’est pas de se sustenter en même temps que l’on écrit. Lever ses doigts du clavier le temps d’attraper un(e) sandwich/tartine/tasse de café/baguette/sac de chips/yaourt (rayez les mentions inutiles) n’est pas une mauvaise chose au fond. Ce qui est problématique, c’est d’être toujours interrompu par le besoin de se lever pour aller chercher quelque chose à manger. Parce que là, on est déconcentrés. Si vous voulez vous réserver une heure complète pour écrire sans vous arrêter (les nanoteurs savent de quoi je parle), préparez-vous un encas avant de commencer. J’ai aussi envie de dire qu’il vaut mieux manger des fruits et des légumes, ainsi que des produits sains, mais je ne veux pas juger. You do you friend, you do you…
Je vous jure, ce sont des donuts « healthy » !

 

  • Se forcer à commencer.
    On en revient à cette histoire de page blanche. Souvent, quand on cherche l’inspiration, le plus difficile, c’est le début. Pas forcément parce qu’on n’a pas d’idée, mais plutôt parce qu’on ne sait pas comment commencer. Il existe des tas de méthodes pour se lancer et dépasser cette hésitation, mais ma préférée se résume ainsi : écrire du charabia. Je crois que cela remonte au collège. L’une de mes profs en avait eu marre des élèves qui n’avaient « pas réussi à répondre aux questions » des devoirs à la maison. Elle avait donc demandé à ce que, lorsque nous ne connaissions pas la réponse, nous écrivions à la place l’énoncé de la question trois fois. Ce qui bien entendu prenait beaucoup plus de temps que de réfléchir à la réponse. Je ne vous conseille pas de faire cela sans l’accord de vos enseignants, mais la leçon que j’en ai retirée est que parfois lorsqu’on a l’impression qu’on ne sait pas ou qu’on n’a pas d’idée, c’est une manifestation de votre esprit qui n’a pas envie de se pencher trop longtemps sur la question. Ou alors qu’on a peur d’écrire quelque chose de pas assez bien. Si vous vous êtes assis pour une heure d’écriture, mais que lady Muse est aux abonnés absents, ne passez pas l’heure à regarder dans le vague. Écrivez votre nom, ce que vous avez fait aujourd’hui, votre liste de courses. Écrivez les noms de tous vos cousins jusqu’au 35e degré. Au bout d’un moment, vous aurez un déclic, et votre esprit se dira que quitte à écrire des choses, autant écrire des choses intéressantes et vous pourrez vous lancer. Quoi qu’il puisse sortir de votre plume, ce sera toujours mieux que la liste des chats de tante Janine.

 

  • Se récompenser
    Vous avez tenu votre heure ? Félicitations ! Maintenant, c’est l’heure d’une overdose de Netflix, Facebook, Youtube ou de vos livres préférés. C’est bon, vous l’avez mérité. N’oubliez juste pas de prendre rendez-vous pour demain avec votre futur chef d’œuvre.

 

Cet article vous a donné des idées ? Si vous avez d’autres conseils, n’hésitez surtout pas à les partager en commentaire !

One Reply to “Ecriture : Se mettre dans la zone”

  1. Très chouette article !
    Qui n’a pas manqué de me rappelé moi, tout à l’heure, voulant écrire un nouveau billet pour mon site (avec des fantômes et de la musique celtique dedans) et j’avais les contes de Beatrix Potter et ma fille roulant sur son « Flash McQueen » derrière… Sérieusement, j’ai battu en retraite au bout d’une demi-heure xD… Impossible d’être dans le mood brume et fantômes avec un lutin démoniaque derrière ahah

Laisser un commentaire